Ministère des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l'Extérieur

Mesdames et Messieurs les Ministres, chers collègues,

Monsieur le Secrétaire général de l’OCI,

Mesdames et Messieurs,

Assalamou Aleykoum Warahmatoulahi Wabarakatou

C’est avec un grand plaisir que je prends part à cette 44e session du Conseil des Ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de Coopération Islamique.

Permettez-moi à l’entame de mon proposd’adresser les fraternelles salutations et les félicitations de Son Excellence le Président Macky SALL à Son Excellence le Président Alassane OUATTARA.

Je voudrais à mon tour exprimer ma profonde gratitude et mes sincères remerciements au Gouvernement et au Peuple ivoiriens pour la chaleur de l’accueil et de l’hospitalité dont nous avons bénéficié depuis notre arrivée dans cette belle ville d’Abidjan où nous nous sentons chez nous.

Bravo pour la parfaite organisation de cette session et pour la présidence de la 44e session. J’adresse mes vœux de plein succès, à mon frère, Monsieur le Ministre TANOH.

Je forme les mêmes vœux de réussite à l’endroit de la Côte d’Ivoire qui vient d’être brillamment élue au Conseil de Sécurité. Cette élection, bien méritée, traduit, s'il en était encore besoin, le retour de la paix en Côte d’Ivoire, comme l’illustre aussi la fin du mandat de l’ONUCI, le 30 juin dernier. Par ma voix, le Sénégal, que la Côte d’Ivoire remplacera au sein de cet auguste organe, réitère ses vives félicitations et tout son soutien à ce pays ami et frère.

Mes félicitations vont également à l’Ouzbékistan pour le dynamisme avec lequel il a conduit les travaux de la 43e session marquée par l'adoption d’importantes décisions.

Je voudrais également féliciter le Secrétaire général de l’OCI, Son Excellence Docteur Yousef A. OTHAIMEEN, pour son leadership et la manière avec laquelle il accomplit son exaltante mission.

Nos félicitations vont également à la BID et au Président du Groupe de la BID, Son Excellence Bandar M. H HAJJAR, pour tout l’appui qu’il apporte aux pays membres.

Mesdames et Messieurs,

Notre session se déroule à un moment où la Oummah islamique, le Sahel et bien d’autre régions, sont traversés par de fortes convulsions alimentées par le terrorisme et l’extrémisme violent. Ces phénomènes détournent une frange de notre jeunesse vers des chemins obscurs. Ces jeunes sont, dans le même temps, avec les femmes, les principales victimes de ces fléaux. Cette situation inacceptable appelle, de notre part, une mobilisation plus forte et une vigilance de tous les jours pour y remédier.

Il est donc heureux que le Gouvernement ivoirien ait choisi de placer la jeunesse au cœur de l’action islamique, à travers le thème pertinent et actuel de cette 44e session « Jeunesse, Paix et Développement dans un monde solidaire ».
Ce thème épouse d’ailleurs parfaitement celui du 29e Sommet de l’Union Africaine des 03 et 04 juillet dernier qui a porté sur l’investissement dans la Jeunesse.

Oui, nous avons plus que par le passé besoin de solidarité et d’unité. C’est de notre responsabilité d’offrir aux jeunes des sociétés résilientes, débarrassées des maux, sources de toutes les déviances, comme le manque d’éducation et de formation, le chômage, la pauvreté et l’émigration clandestine et où règne une paix durable.

Ainsi, les jeunes pourront contribuer au progrès des pays membres, de par leurs efforts qui devront être appuyés par des politiques de développement hardies, comme il en existe au Sénégal, avec le Plan Sénégal Emergent, et sans doute ailleurs.

Mesdames et Messieurs,

En ces périodes où le monde, en particulier le monde islamique, n’a jamais été aussi troublé, nous avons besoin de revenir aux valeurs islamiques d’unité, de solidarité et d’entraide inscrites dans la Charte de l’OCI. Le Président Macky SALL lance un appel pour le règlement, par la voie du dialogue et de la négociation, des crises qui secouent le monde islamique.

C’est de cette façon, j’en suis persuadé, que nous relèverons, par la concertation, les nombreux défis sécuritaires qui se posent avec acuité. A ces défis s’ajoutent, en particulier, l’Islamophobie et la situation des minorités musulmanes. Le renversement de ces fâcheuses tendances permettra surement à la Oummah de renouer avec la Paix et la Stabilité, mais également de porter, avec succès, de nobles combats comme la cause palestinienne.

Justement, le Sénégal demeure engagé en faveur de cette cause qui fonde notre Organisation commune.

Je tiens à réaffirmer l'attachement de mon pays à la solution à deux Etats. Prônée par l’Initiative de Paix arabe à laquelle font écho d'autres processus pertinents, cette solution est à même d’assurer la coexistence pacifique indispensable entre la Palestine et Israël, dans des frontières sûres et internationalement garanties, dans un Moyen-Orient stable. Elle reste, aux yeux du Sénégal, la seule qui vaille et mérite, conséquemment, davantage de soutien de la part de la Communauté internationale.

Mesdames et Messieurs,

Après l’adoption de plusieurs instruments internationaux comme les Objectifs de Développement durable, le Plan d’Action d’Addis Abéba sur le Financement du Développement, l’Accord de Paris sur le climat, et, plus récemment, le Nouveau Plan Urbain issu d’ONU-HABITAT III, pour ne citer que ceux-là, les questions de développement doivent demeurer au cœur des priorités de l’OCI, à travers la mise en œuvre effective du Plan d’Action Décennal 2016-2025.

A cet égard, le Sénégal voudrait louer le partenariat établi de longue date avec la BID et plaider en faveur de la mise en œuvre rapide de la deuxième phase du Programme spécial pour le Développement de l’Afrique, dont la première a été bouclée depuis 2012, sans oublier l’accélération du projet de chemin de fer Dakar-Port Soudan et l’institution du Forum d’information sur l’Afrique, en vue de mettre en exergue les opportunités qui existent dans ce continent.

Dans le même sens, mon pays accorde une grande importance aux concertations entre l’OCI et l’Union Africaine. De telles concertations facilitent la mutualisation des efforts pour faire face aux enjeux sécuritaires et de développement et à contribuer à la mise en œuvre du NEPAD, sous la direction de Son Excellence le Président Macky SALL, Président de la République du Sénégal. Appuyer le NEPAD, c'est aider l'Afrique, je dirai.

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais vous informer à présent des derniers développements sur le Comité permanent de l’OCI pour l’Information et les Affaires culturelles (COMIAC).

A la suite du 13e Sommet islamique d’Istanbul, qui a entériné les initiatives du Président du COMIAC, Son Excellence le Président Macky SALL, à savoir la création d’un Prix international pour récompenser les media et hommes de media qui se seraient distingués dans la promotion de la paix et du dialogue, et la tenue, tous les trois ans, d’un Festival des Arts et de l’Artisanat islamiques dans le but de promouvoir la paix, le dialogue, la tolérance, ainsi que les valeurs de la Culture islamique, notre 43e session, à Tachkent, a adopté les résolutions formalisant lesdites initiatives.

Cela a permis d’entamer, le 10 avril dernier, à Dakar, le processus de mise en œuvre du Prix international. C’est le lieu pour moi d’encourager tous les Etats membres, institutions et bonnes volontés, à contribuer au rayonnement et à la pérennisation de cet important Prix. S'agissant du Festival des Arts et de l’Artisanat ayant pour vocation de promouvoir les différentes facettes de la culture islamique, des dispositions seront prises, en relation avec le Secrétariat général et les institutions pertinentes de l’OCI.

Mesdames et Messieurs,

Le Sénégal avait placé sa présidence du Conseil de Sécurité sur la thématique inédite "Eau, Paix et Sécurité». Toutefois, il avait tenu à organiser dans ce cadre, le 17 novembre 2016, un important briefing sur la coopération entre l’OCI et l’ONU, contribuant ainsi à la consolidation d’une telle coopération et à une plus grande visibilité de l’OCI, dont les pays membres ont apporté un soutien massif à la candidature sénégalaise au Conseil de Sécurité.

C’est dans le même esprit que je sollicite l’appui précieux de vos pays respectifs à la candidature sénégalaise, déjà endossée par l’Union Africaine et la CEDEAO, au Conseil des Droits de l’Homme, pour la période 2018-2020, lors des élections prévues au cours de la 72e session de l’Assemblée Générale de l’ONU, en octobre prochain.

Je ne saurais terminer sans vous convier, les 13 et 14 novembre prochain, à la 4e édition du Forum international de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique qui portera sur le thème : « Défis sécuritaires actuels en Afrique: pour des solutions intégrées », en sollicitant l’implication et l’appui de l’OCI et des Etats membres pour la réussite de cette importante rencontre.

Waa Salam.