Ministère des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l'Extérieur

PROMOTION DES VALEURS DE L’ISLAM ET DU DIALOGUE INTERCULTUREL

Vers la création d’un prix Oci pour les médias

Le comité ad hoc de l’Oci du Prix international pour les médias et les professionnels des médias s’est réuni hier, à Dakar. Organisée par le comité permanent de l’Oci pour l’information et les affaires culturelles (Comiac), la rencontre a pour but de réfléchir et d’examiner les modalités et conditions de mise en œuvre de ce prix.
Initié par le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, par ailleurs président du Comité permanent de l’Oci pour l’information et les affaires culturelles (Comiac), lors du 13ème sommet islamique (Oci) 2016 à Istanbul, le’ Prix international pour les médias et les professionnels des médias récompensera les journalistes et hommes de médias qui s’illustrent dans la promotion des valeurs de l’Islam et du dialogue interculturel.
Ainsi, pour sa mise en œuvre un comité ad hoc de ce prix a tenu, hier, sa première réunion pour en examiner les modalités. C’était en présence de la direction du département de l’information du Secrétariat général de l’Oci. Selon le directeur du bureau de coordination du comité permanent de l’Oci pour l’information et les affaires culturelles (Comiac), Cheikhou Oumar Seck, le comité ad hoc est en conclave pour réfléchir sur les voies et moyens d’instituer conformément à la résolution n° 9/11-Inf, adoptée lors de la 11ème session de la conférence islamique des ministres de l’information tenue à Djeddah en décembre 2016, un prix international pour les journalistes et hommes des médias qui s’illustreraient dans la promotion des valeurs de notre religion, l’Islam.
Stratégie de communication
A en croire M. Seck, ce prix destiné à tous les médias (la presse écrite en ligne et l’audiovisuel) s’intègre parfaitement dans la stratégie de communication de l’Oci de faire face à l’Islamophobie. Car, soutient-il, la religion est agressée de toute parts alors que l’Islam est une religion de paix, de tolérance et de brassage culturel. « En instituant ce prix, nous voulons que la presse accompagne l’Oci pour contrecarrer toutes ces choses malvenues pour notre religion et que nous ne pouvons plus accepter », laisse-t-il entendre. Aussi, voulons-nous que ce prix soit instauré annuellement. « Lors de notre rencontre nous discuterons et réfléchirons également sur le format et voir si le prix sera destiné en premier au documentaire télévisuel, de radio ou e la presse en ligne », dit-il. Sont éligibles à cette compétition, les journalistes issus d’Etats membres de l’Oci. « Quant au prix, il sera de nature extrêmement important car les Etats de l’Oci sont des Etats extrêmement puissants », fait savoir le directeur du Comiac. Tout en affirmant que l’institution de ce prix n’est que le début d’une longue série de projets initié par le président sénégalais, Macky Sall et qui seront soumis au secrétaire général de l’Oci dans le cadre de la mise en œuvre du programme décennal qui va s’étaler jusqu’en 2025.
Présidant la rencontre, le secrétaire général du ministère de la culture, Birane Niang indique que ce prix international initié par le président Sall s’inscrit en droite ligne à la décision de l’Oci de mettre en place une stratégie médiatique globale en vue de promouvoir, de façon efficace et cohérente, les vrais valeurs de l’Islam et par la même occasion rehausser l’image stéréotype que l’on donne souvent à l’Islam et aux musulmans.
« Ce prix pour les médias vient à son heure. Il est nécessaire pour l’Oci car il permettra, entre autres, de faire connaitre l’Oci, ses institutions, ses organes, de susciter la crédibilité des acteurs du monde médiatique de ses Etats membres, de raffermir les liens entre les médias des pays membres de l’Oci, d’impliquer les médias dans la lutte contre l’islamophobie et l’intolérance, de monter le vrai visage de l’Islam, religion de paix et de contribuer à l’instauration de la paix et de la sécurité internationale de l’entente et du dialogue entre les civilisations les cultures et les religions » argue M. Niang.
Confié au Sénégal depuis 1981, le Comiac a été redynamisé en 2014. Il a pour mission de traduire en actes toutes les décisions de la Ouma islamique, les décisions prises lors de la conférence des chefs d’Etats souverains dans le domaine de l’information et de la culture.
Maguette Guèye DIEDHIOU