Ministère des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l'Extérieur

I. LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE PAR L’INTEGRATION AFRICAINE

Depuis la veille des indépendances africaines, le Sénégal ne cesse de prôner l’intégration africaine. Pour le Sénégal, cette intégration est non seulement un remède contre la balkanisation du continent, mais également un moyen de maximiser les atouts économiques de l’Afrique, en vue de la création de réels marchés intérieurs. Les organisations créées dans ce cadre peuvent être classées dans deux catégories :

  • Des organisations d’intégration technique comme l’OERS d’abord puis l’OMVS.
  • Des organisations d’intégration économique comme la CEAO, la CEDEAO, et l’UEMOA.

La frontière entre les deux catégories n’est pas étanche car elles ont la même finalité. L’important ici est de savoir que ces organisations créent des ensembles qui, s’ils se multiplient, permettront d’aller plus facilement, et plus rapidement, à l’intégration économique de tout le continent. En appui à cette dynamique, est venu le NEPAD, fusion des plans MAP et OMEGA (proposé par le Sénégal). Le NEPAD a ceci de particulier qu’il érige la région comme espace opératoire de base dans la stratégie africaine pour assurer un développement durable au 21ème siècle. Cela suppose évidemment l’existence d’organisations sous régionales et régionales assises sur des bases solides mais surtout un climat de paix et de stabilité favorable à la venue des investisseurs étrangers. C’est une des raisons pour lesquelles le Sénégal s’investit beaucoup pour le règlement des différends en Afrique.

II. L’ANCRAGE DANS LE PANAFRICANISME

L’action du Sénégal dans la recherche de solutions négociées aux conflits entre États est multiforme. L’orientation panafricanisme définie par le Chef de l’état fait de l’Afrique la première priorité de sa diplomatie ; l’objectif étant de réaliser l’Union africaine qui sera le cadre d’intégration régionale seule à même de permettre de faire face au défi de la mondialisation. Ses initiatives pour la réalisation des États Unis d’Afrique s’inscrivent dans ce cadre.

Dans une démarche réaliste et progressive, la diplomatie sénégalaise s’est investie dans l’intégration sous-régionale et régionale qui constitue un préalable à l’intégration continentale.

Cette nouvelle approche de la politique extérieure du Sénégal induit une adaptation constante de la carte diplomatique du pays comme en témoignent le renforcement de sa présence en Afrique, en Asie et surtout dans les pays du Golfe. De même, elle induit une synergie d’actions entre le Ministère des Affaires étrangères et les Agences nationales d’exécution de la politique nationale de promotion économique et d’attrait des investissements.

C’est dans cet esprit que doit s’inscrire l’action quotidienne de la diplomatie sénégalaise dont l’objectif visé, à court et moyen terme, est de faire du Sénégal un pays émergent qui compte dans un monde en pleine mutation, c’est-à-dire :

  • un pays économiquement solide, socialement et culturellement ancré dans ses valeurs et ouvert aux apports de la modernité ;
  • un partenaire sûr, prêt à l’intégration sous-régionale et continentale ;
  • un interlocuteur crédible dans le dialogue des Nations.