Le Bureau économique du Québec au Sénégal sera bientôt ouvert. Les deux pays ont signé hier l’entente d’établissement. La cérémonie de signature a eu lieu au ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, entre le ministre Mankeur Ndiaye et son homologue québécois Mme Christine St-Pierre, chargée des Relations internationales et de la Francophonie.

Le Québec va disposer, désormais, d’un bureau économique à Dakar. L’entente d’établissement de ce nouveau poste a été signée, hier, entre le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur Mankeur Ndiaye et son homologue québécoise chargée des Relations internationales et de la Francophonie Mme Christine St-Pierre. Avec l’ouverture de ce bureau, le premier en Afrique de l’Ouest, la francophonie économique est donc lancée. Le souhait a été exprimé depuis le sommet de la Francophonie qui s’est tenu, du 29 au 30 novembre 2014, au Centre International de Conférence Abdou Diouf, à Diamniadio. A partir de Dakar, le Québec aura désormais une large ouverture sur l’Afrique de l’Ouest qui compte beaucoup d’Etats francophones. Dakar est donc, d’après Mme Christine St-Pierre, ‘’un choix stratégique naturel’’.

Les différents secteurs visés dans cet axe de coopération sont surtout les infrastructures, l’énergie, l’exploitation durable des ressources naturelles, l’éducation et la formation professionnelle et technique. Un accent particulier, dit-elle, sera mis sur la question de l’éducation. Depuis plusieurs années, le Québec accueille un flux important d’étudiants sénégalais. Ces étudiants ont toujours bénéficié d’exonération de la part du gouvernement québécois. Le ministre des Relations internationales et de la Francophonie annonce de nouvelles exemptions dans le domaine de l’Enseignement supérieur. Mieux, elle promet l’octroi de 20 nouvelles exemptions exceptionnelles de droit de scolarité qui viendront s’ajouter aux 52 déjà offertes.

Droit de scolarité au Québec : 20 exemptions supplémentaires pour les étudiants sénégalais

Mme Christine St Pierre, ministre canadien des Relations internationales et de la francophonie, a expliqué que l’entente qu’elle a signée hier, avec le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye, s’inscrit dans le cadre de la volonté du Québec de répondre aux besoins du Sénégal dans le domaine de l’enseignement supérieur. Et conformément à cette entente, elle annonce « l’octroi de 20 exemptions exceptionnelles de droit de scolarité supplémentaires qui pourront être utilisées par des étudiants sénégalais. Ces exemptions s’ajoutent aux 52 déjà offertes en vertu de l’entente dans le domaine de l’enseignement supérieur qui lie le Québec et le Sénégal et s’ajouteront lors de la renégociation de cette entente que nous devrons entreprendre dans la prochaine année ».

Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye, qui a scellé cette entente, reste persuadé que l’ouverture d’un bureau au Sénégal va permettre ‘’d’impulser la coopération entre les deux pays’’. ‘’Cette entente accorde au bureau des privilèges et des immunités. Elle lui accorde toutes les facilités pour pouvoir fonctionner : immunité diplomatique et fiscale. Le Québec a l’ambition, en tant que pays, de développer sa coopération avec les pays francophones’’, informe-t-il.

Les entreprises canadiennes sont déjà fortement présentes au Sénégal. Mankeur Ndiaye en énumère une soixantaine. Les plus en vue interviennent particulièrement dans le secteur minier.

ALIOU NGAMBY NDIAYE